Jump to content

Dear Gooners, to support the forum, thanks to disable your ad blocker !

Micah

Membre
  • Posts

    8012
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    29

Micah last won the day on November 30 2022

Micah had the most liked content!

Reputation

1546

2 Followers

About Micah

Profile Information

  • Club
    Arsenal

Recent Profile Visitors

10279 profile views
  1. Ça fait partie des principes du jeu de position. Ne pas avoir deux joueurs sur une même ligne pour avoir de meilleures angles de passes et permettre au receveur une prise de balle dans le sens du jeu. Mais oui sans doute que la façon de bosser d'Arteta ( et même du club ) va en inspirer beaucoup.
  2. Je suis d'accord. Et ces joueurs là ont su souffrir sans complètement couler comme les nôtres à cet époque sur ce genre de matchs. La charnière Varane Martinez protège très bien sa surface. AWB dans les duels c'est très fort, moins dans la défense du second poteau.' . Oui ils ont quelques temps forts , qu'ils ne peuvent pas maintenir sur une longue durée. Ils ont encore des joueurs qui ne sont pas à la hauteur de leurs ambitions. DE Gea, Mctominay , AWB voire même Varane qui manque de personnalité avec le ballon. Même leur victoire au match aller, on a souvent dit qu'ils nous avaient battus sur les transitions. On oublie qu'ils font une grosse entame en s'installant dans notre. Que leur ouverture du score se fait sur du jeu placé : tous nos joueurs étaient derrière le ballon au départ de l'action.
  3. Je trouve quand même qu'on voit cette saison, de vrais progrès dans l'utilisation du ballon ils savent ressortir correctement , bien combiner y'a du mouvement dans les derniers mètres.C'est perfectible mais ils sont sur la bonne voie. Et c'était probablement le maximum que cette équipe pouvait proposer face à nous. Il y avait pas de changement d'animation ou de changements de joueurs pour lui permettre de prendre le dessus. Pour ça que je le vois pas comme une victoire d'Arteta sur ETH. Sans rien enlever à notre coach qui fait un travail incroyable. Une équipe construite ( avec en plus des meilleurs joueurs) a battu une équipe en construction tout simplement.
  4. C'est surtout qu'on est à un stade bien plus avancé de notre projet de jeu. Arteta bosse depuis 3 ans ETH vient d'arriver. Il peut pas se pointer à l'Emirates et espérer rivaliser face à un tel rouleau compresseur. Tactiquement y'a pas grand chose à faire pour combler les années de travail qui nous séparent. Quand on allait à Anfield il y a 2 ans on prenait le bouillon là c'est pareil. Il y a juste à espérer qu'on soit dans un mauvais jour, ou alors avoir des individualités en feu. Mais un gardien comme. De Gea te condamne à subir le jeu. Même un ballon aérien simple à capter il le repousse au lieu de soulager son équipe de la pression qu'elle subit.
  5. Dans les zones de construction Zinchenko est meilleur Dans les dribbles, la créativité dans les 30 derniers mètres avantage à Cancel. Il voulait autre jour qu'un rôle de doublure, ils retiennent pas leurs joueurs.
  6. Micah

    [9] Gabriel Jesus

    Décryptage : pourquoi Arsenal continue de briller sans Gabriel Jesus Privé pour plusieurs mois de Gabriel Jesus, pilier de son excellent début de saison, Arsenal a continué d'enchaîner les performances depuis la reprise de la Premier League. Parce que l'attaquant brésilien a été bien suppléé, et que les Gunners ont d'autres atouts. Nketiah et Arsenal tournent très bien. (C. Wilson/Offside/Presse Sports) Cédric Chapuismis à jour le 22 janvier 2023 à 08h05 ma liste commenter partager Cette fois, c'est du sérieux. Depuis sa victoire contre Tottenham (2-0) le week-end dernier, Arsenal est officiellement devenu favori pour le titre aux yeux du « Predictor » d'Opta, un outil simulant 10 000 fois les rencontres à venir en prenant en compte une multitude de données statistiques (offensives, défensives, historiques, liées à la forme du moment, à la qualité de l'adversaire, etc) afin d'obtenir un pourcentage de chances de terminer la saison à telle ou telle position. Et les prédictions placent donc désormais les Gunners plus souvent en tête en fin de saison (51,3 %) que Manchester City (47 %). lire aussiPodcast : Moudrik, le frisson à 100 millions d'euros Pas de quoi faire perdre leur extrême prudence aux supporters d'Arsenal, habitués aux déceptions en tout genre ces dernières saisons, et qui imaginaient déjà leurs rêves d'un premier sacre depuis 2004 s'envoler lorsque Gabriel Jesus s'est blessé au genou droit durant la Coupe du monde. Intervention chirurgicale, absence estimée à trois mois, et de sérieux doutes quant à la capacité des hommes de Mikel Arteta à maintenir leur rythme effréné en tête du classement. Car si le Brésilien, avant-centre atypique et cyclique, n'avait plus marqué depuis le 1er octobre (5 buts et 5 passes décisives au total avant sa blessure), il avait joué un rôle majeur dans la réussite de son équipe grâce à sa finesse technique, son jeu en appui, la qualité de ses déplacements et ses aptitudes au pressing. Nketiah au niveau... et un trio qui marche sur l'eau Alors, comment remplacer Jesus ? Arteta a vite tranché, installant son remplaçant naturel, Eddie Nketiah, dans le onze de départ depuis la reprise du Championnat. Avec réussite, puisque ni les résultats (3 victoires, 1 nul) ni la puissance offensive des Gunners n'ont faibli jusque-là. Nketiah a beau présenter un profil différent, plus à l'aise dans la surface qu'aux quatre coins du terrain et moins présent dans la construction des actions, il est régulièrement parvenu à endosser en partie le costume du Brésilien, se montrant utile sans ballon et dos au jeu. Pour ne rien gâcher, il a inscrit deux buts en Premier League et s'est procuré bon nombre d'occasions qui ont confirmé sa disponibilité, ses qualités techniques et sa faculté à se déplacer dans la zone de vérité. Après sa première titularisation face à West Ham le 26 décembre (3-1), son coach avait d'ailleurs salué « la manière dont il a intégré le pressing, son intensité, la façon dont il a contre-attaqué dans certains espaces, son calme, sa patience... et cet enchaînement de grande qualité qui nous a offert la victoire. » (Canal+) Nketiah n'affiche pas uniquement des qualités dans la surface adverse. Ici, alors que Newcastle tente de presser haut, il décroche très bas et est trouvé par son gardien Ramsdale (hors-champ). Arsenal a cassé le premier rideau adverse et peut développer son attaque. (Canal+) Même principe lors du dernier match face à Tottenham : Nketiah (dans la loupe) revient prêter main-forte à sa défense et devance Sarr pour remettre ce ballon vers Gabriel, face au jeu. (Canal+) Dans la continuité, c'est Nketiah qui se retrouvera à la conclusion de l'action, bien servi par Xhaka. Au bout de l'effort, il manquera son duel face à Lloris. (Canal+) Également performant sans ballon, Nketiah fait ici du Jesus en allant agresser les relanceurs adverses pour se procurer une occasion. Il tacle ce ballon vers Saka, qui peut déborder et retrouver son avant-centre sur un centre en retrait. Martin Ödegaard, Bukayo Saka et Gabriel Martinelli, eux, ne sont pas blessés, et malgré les qualités affichées par Nketiah, il leur fallait aussi compenser à leur façon l'absence de leur n°9. Alors le meneur norvégien s'est montré encore plus insaisissable et décisif entre les lignes, et ses deux ailiers ont apporté des solutions nouvelles, en plus de leurs dribbles et de leurs facilités dans des espaces réduits. lire aussiLe classement de la Premier League Le quatrième but inscrit à Brighton (4-2, le 31 décembre), puis l'ouverture du score contre Tottenham le week-end dernier (2-0) l'illustrent : en plus d'étirer la défense adverse sur la largeur, Martinelli et Saka savent lui faire mal dans la profondeur. Une arme supplémentaire pour une équipe londonienne qui se veut flexible. Pour conclure, elle est tout de même sacrément dépendante de son quatuor offensif, qui a marqué tous les buts des Gunners (9) depuis la reprise (2 chacun, plus le c.s.c. de Lloris provoqué par Saka). (Canal+) Dans l'animation offensive d'Arsenal, Martinelli et Saka doivent rester écartés pour étirer la défense adverse, créer des brèches pour leurs partenaires et être servis en situation de un contre un. Mais ils peuvent aussi faire mal de manière plus directe, comme sur ce bijou d'Ödegaard vers Martinelli, auteur du quatrième but à Brighton. (Canal+) Schéma identique, côté droit cette fois, sur le premier but contre Tottenham dimanche dernier : Partey exploite l'appel en profondeur de Saka, qui va progresser jusqu'à la surface et bénéficier d'une erreur de Lloris pour ouvrir le score. Le système plus fort que les individus ? Si la production offensive d'Arsenal n'a pas vraiment souffert depuis la reprise, c'est aussi (surtout ?) car la formation londonienne peut désormais s'appuyer sur des repères collectifs bien ancrés. Après trois ans à la tête de cette équipe, Mikel Arteta a imprimé dans l'esprit de ses joueurs des principes immuables, à commencer par une structure en possession contraignante pour l'adversaire, mais aussi un contre-pressing parmi les plus redoutables du Royaume. lire aussiTen Hag : « Arsenal mérite d'être en tête » Deux éléments déterminants pour conserver le contrôle d'une rencontre, y compris quand les Gunners abandonnent (une partie de) la possession du ballon, comme ce fut le cas à Brighton ou Tottenham récemment. Plus que Gabriel Jesus, c'est l'autre recrue phare de l'été dernier, Oleksandr Zintchenko, qui joue ici un rôle déterminant, déclenchant une sorte d'effet papillon en quittant sa position de latéral gauche pour occuper l'entrejeu lorsque son équipe a le ballon. Arsenal s'organise alors en 3-2-5 (ou 2-3-5, selon la position du latéral droit Ben White), permettant à Granit Xhaka de se projeter à sa guise et à Martin Ödegaard de bénéficier d'une grande liberté entre les lignes. La position intérieure de Zintchenko permet également à son équipe de rester structurée et équilibrée à la perte, favorisant un contre-pressing efficace. (Canal+) Lorsque les Gunners mettent leur jeu en place, Zintchenko vient soutenir Partey au milieu pendant que Xhaka se projette vers la ligne d'attaque. Le Suisse sera ici trouvé par Partey avant de décaler Martinelli en position favorable... Dans la continuité de cette action, Arsenal se procure une double occasion, et maintient la pression en plaçant 7 joueurs dans ou à la limite de la surface ! (Canal+) La position intérieure de Zintchenko, associée à sa qualité de passes, permet régulièrement à Xhaka (ou Ödegaard) d'être trouvé en relais entre les lignes. Ce qui occasionne, comme ici sur le côté droit, des situations de supériorité numérique pour Arsenal. L'autre arme collective des Gunners est le contre-pressing : sur la vidéo ci-dessus, à Brighton, ils avaient ouvert le score en récupérant un ballon très haut suite à une percée d'Ödegaard. Zintchenko, positionné à l'intérieur du jeu au début de l'action, avait pu aider Partey à intercepter à 25 mètres du but adverse, avant de servir Martinelli côté gauche. À Arsenal, Mikel Arteta a bel et bien construit un édifice solide, capable de résister à la perte (temporaire) d'un pilier. Il faudra sans doute éviter d'autres coups durs, l'effectif manquant de profondeur malgré l'arrivée récente de l'ailier belge Leandro Trossard, et celle à venir du défenseur polonais Jakub Kiwior. Mais même les plus prudents fans des Gunners ne peuvent plus le nier : avec ou sans Gabriel Jesus, leur équipe est à sa place au sommet du classement.
  7. Lloris ça commence à faire beaucoup..
  8. Face à City ils ont pu se permettre de rester très compacts dans l'axe et délaisser les côtés. Malacia a géré Mahrez assez facilement en sortant agressivement sur lui il l'empêchait de se retourner et il risquait pas de se faire éliminer face à un joueur sans explosivité. De l'autre côté AWB a bien défendu son couloir également. Mais face à nous ça va être beaucoup plus compliqué. Saka peut éliminer seul plusieurs joueurs. Ce serait très risqué de le laisser en 1 vs 1. Et si tu mets plusieurs joueurs sur lui ça laisse de l'espace à Odegaard qui est hyper dangereux trouvé face au jeu. Fred a pu se concentrer sur le marquage individuel de KDB et minimiser son impact sachant qu'il y avait un potentiel de percussion limité en face. Notre équipe pose trop de dilemnes aux adversaires.
  9. Je pense aussi qu'il subit l'absence de GJ comme tu le dis bien c'est un soutien très important dans l'animation du côté gauche. Mais ce n'est pas la raison principale de baisse de niveau. La saison dernière il pouvait mettre le feu sur son côté même avec un Lacazette léthargique. Il doit être capable de le refaire même sans son compatriote. Edit : oui une baisse de régime mais rien d'inquiétant pour un joueur de 21 ans . Même Vinicius en a connu une la saison dernière.
  10. Saka fait surtout plus de différences de lui même. Ses meilleurs actions du match sont sur des situations de 1 vs 1 ou même sur des prises à 2 où il parvient à éliminer ou à trouver une bonne passe. Ce que Martinelli a plus de mal à faire actuellement. C'est plus une question de niveau individuel que d'animation.
  11. Le pauvre il est coaché par Guy Lacombe il joue au milieu avec Chantôme. Plus sérieusement un joueur supérieur à Xhaka donc un top joueur bah t'attends de lui qu'il brille même dans des contextes difficiles. Ca n'en prend pas le chemin peut-être que c'est une question de temps on verra. @Auréje fais pas de procès à ceux qui l'ont incendié même quand c'était totalement injustifié. Je dis juste qu'il est faux de dire aujourd'hui " bah oui on le critiquait parce qu'il est nul aujourd'hui on souligne qu'il est bon " alors que la réalité est très éloignée de ça.
  12. Mohito a raison faut pas faire comme ci les avis avaient été justes que les bons et mauvais points avaient été distribués en fonction de ses performances de façon mesurée. Simple exemple (pas le seul) , le match aller de la saison dernière face à Tottenham , des membres viennent souligner sobrement qu'il a fait un très bon match ce qui était vrai, et derrière t'as tout un tas de réactions ridicules , ça paraissait inconcevable pour beaucoup qu'il soit capable de faire un bon match et si tu le disais tu t'enflammais bla bla bla... Les réactions sur sa prolongation , parce qu'avec lui on allait jamais progresser il faut le remplacer par un tel ou un tel 100 fois meilleur que lui , il peut pas jouer en PL. C'est d'ailleurs drôle de voir où en sont aujourd'hui certains joueurs qu'il fallait absolument prendre pour le mettre sur le banc ou le dégager en échange des tickets restos que nous proposaient la Roma pour le prendre. Ca peut très bien changer , mais rien que Fabian Ruiz parti au PSG il est vraiment pas exceptionnel là-bas pour l'instant et sans lui le Napoli explose tout le monde.
  13. En revoyant sur cette angle à 6min35 ça me paraît plus clair , on estime que Akanji ne peut pas jouer le ballon , il paie le fait de s'être arrêté pensant que le hors-jeu allait être sifflé comme le dit @The Wilsh. Mais avec la VAR il y a tout intérêt à jouer les actions jusqu'au bout. Si Akanji n'arrête pas sa course et fonce jouer le ballon même en dégommant Rashford , la position de l'anglais est probablement sanctionnée.
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue..