Jump to content

Dear Gooners, to support the forum, thanks to disable your ad blocker

Gunners FRANCE, la référence francophone d'Arsenal

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 04/06/20 in all areas

  1. 2 points
    En l'occurence rien de ne te permet d'affirmer que c'est "un assisté" ou qu'il "se sort moins les doigts" que toi ou moi. C'est aussi facile de juger les gens sans les connaître parce qu'ils ne sont pas de ton avis.
  2. 2 points
    C'est en pensant comme ce que tu viens de dire qu'il y a trop de pauvres dans le monde.
  3. 2 points
    Difficile de dire... Arsenal a quand même perdu de l'argent la saison passée (perte de £23.5m). Cette saison aurait été pire avec la disqualification précoce en Europa et l'obligation du club de rembourser une partie des abonnements aux spectacteurs (£4.5m de mémoire). Le plus gros problème reste la masse salariale qui, depuis plusieurs saisons, est hautement disproportionnée par rapport aux performances des joueurs. Cet été Arsenal avait besoin plus que jamais de faire le ménage dans les gros salaires, mais avec corona ça va rendre cet objectif quasi impossible. Quel club serait prêt à s'aligner sur les £18m de salaire d'Ozil en période de fragilité économique ? Il faut s'attendre à voir les Mustafi, Ozil aller jusqu'au bout de leur contrat puisqu'ils n'ont aucune intention de partir (boire le calice jusqu'à la lie...). Du coup, Arsenal a peut-être les reins plus solide que les petits clubs pour supporter la crise (grâce aux revenus fixes comme les gros contrats de sponsorship). Cependant par rapport aux clubs du même standing, cette crise arrive au pire moment pour Arsenal, puisqu'il sera compliqué (voire impossible) de renouveler un effectif médiocre surpayé. Ou alors il faudrait un assouplissement du fpf pour permettre exceptionnellement à Arsenal d'investir plus d'argent qu'il n'en gagne. Ps : Buendia bon exemple ;)
  4. 1 point
    Je comprends pas bien le message que tu essayes de faire passer. Un salarié a qui on impose cette baisse de salaire c'est normal parce qu'il se "gratte les couilles chez lui", mais un footballeur à qui ça arriverait c'est scandaleux alors qu'il se gratte les couilles chez lui aussi non ? Si t'es riches t'as le droit de donner ton avis et ils vont certainement avoir gain de cause (et merci Nujabes pour l'argumentation, en effet autant qu'ils le gagnent plutôt que les milliardaires le gardent), mais si t'es pauvres et que tu critiques c'est que t'es un assisté jaloux. D'ailleurs si tu te mets à la place de ces fameux milliardaires, c'est Rooney le salarié "assisté" qui se gratte les couille chez lui et qui se plaind de pas toucher l'intégralité de son salaire.. Mais comme je t'ai dis au début j'ai pas bien compris le sens de tes messages, j'espère me tromper et extrapoler! Parce que les retombés de la crise qui va suivre l'épidémie c'est pas les milliardaires ou les footballeurs qui vont la subir le plus, mais bien les plus pauvres une fois de plus..
  5. 1 point
    Game of Thrones, Westworld, Peaky Blinders, Vikings et The Boys. Ce sont des séries récentes qui ont buzz ou des séries qui ont marqué cette décennie. Dans ma petite liste mainstream tu en as vraiment pour tous les goûts.
  6. 1 point
    Je pense pas, je suis peut être naif, que la totalité des 30% aille dans la poche des milliardaires. Ils pourraient demander un suivi de l'argent percu. Car là ça fait un peu, après constation on préfère donner aux hopitaux, déjà c'est difficilement tracable, qui donne quoi ect... Puis donc les droits TV baissent, l'argent gagné par les club (tu y rajoute la billeterie ect...) baisse, par contre les salaires on y touche pas. Selon moi tu donne 30% et tu donne ensuite ce que tu veux aux hopitaux.
  7. 1 point
    Les joueurs ont eu totalement raison de refuser la baisse de salaire au profit de leur club. Henderson a d'ailleurs appelé tous les capitaines des clubs de PL pour créer une asso etc. Tous les joueurs ont accepté cette initiative pour aider le personnel de santé. Ils ne veulent juste pas que l'argent aille a des proprios déjà milliardaires. Ils veulent que ca parte directement pour les hopitaux. Comment peut on critiquer ca? Ils ont parfaitement raison.
  8. 1 point
    Mais on ne veut pas qu'il donne, on veut qu'il perçoive moins pour sauver l'entreprise et donc les autres salariés, ça change tout. Si on pouvait le contraindre légalement ça serait encore mieux, mais ce n'est pas le cas. Le fait de faire priver des centaines de personnes de leur revenus parce que tu ne veut pas réduire ton salaire 1000 fois plus que le leur ca n'a rien à voir avec une interprétation de la morale ... c'est clairement immoral ou alors c'est la tienne qui est louche ... On s'en fiche pas mal que rien ne l'y oblige en fait, le fait qu'il est réticent à donner, c'est ça qui est abjecte. Personne n'a dit ce qu'il ferait s"il était riche ici, en tout cas j'ai pas vu mention de ça dans le postes précédents. Mon avis est que la majorité ne penserai qu'à sa gueule et que c'est pour ça qu'il faudrait contraindre bien plus lourdement. Ca éviterai les soit disants dons quelque peu aléatoires.
  9. 1 point
    Tu es hors sujet ou alors tu as mal lu ma réponse. Il n'a pas le droit moralement pour toutes les raisons que j'ai évoqué, peu importe qu'il ait travaillé dur, la plupart des gens travaillent très dur, l'important c'est le salaire qu'il perçoit et l'aide qu'il peut apporter en acceptant cette baisse. Encore une fois tu parles de ce qu'il donne c'est plutôt drôle, le montant qu'il gagne, c'est pas important mais le montant qu'il donne c'est important ? Double discours, encore une fois quand tu gagne 200000 euros par semaine, donner à des associations doit juste leur permettre de mieux dormir la nuit. Sur la dernière phrase tu as mal lu, je n'ai jamais dit que les footballeurs étaient là cause, je dis quand justifiant le droit que certains amassent de tels profits, on permet cette énorme inégalité. Quelle critique est facile sur les riches ? Les riches n'ont jamais été si riches et les pauvres plus pauvres, c'est ça que tu trouves une critique facile ?
  10. 1 point
    En même temps vous vous trompez de problématique. Les joueurs sont réticents a baisser leur salaire parce que ça ne bénéficie qu'à leurs proprios qui sont milliardaires. Ces proprios qui sont parfois milliardaires se servent de cette crise pour baisser le salaire voire carrément virer le personnel qui travaille au club. Et je parle du "petit" personnel qui gagne un salaire "normal". Donc a titre personnel, si j'étais joueur, je ne vois pas au nom de quoi je devrais baisser mon salaire, quand le propriétaire du club est un milliardaire (quand ce n'est pas un club carrément soutenu par un état) et qui a largement les reins assez solides pour assurer les salaires de toute le monde. Comme l'a dit Rooney, si j'étais joueur, je préfère toucher l'intégralité de mon salaire et de faire des dons directement aux hôpitaux ou autres structures/associations dans le besoin. Ce qu'ils font d'ailleurs. Plutôt que l'on me baisse mon salaire pour que ça profite a mon proprio qui n'en a pas besoin. Aussi, une baisse de salaire implique aussi une baisse d'impôts prélevés sur les salaires, et donc moins d'argent pour l'état.
  11. 1 point
    Continuons sur le bon topic au lieu de polluer celui-ci ;)
  12. 1 point
    Tu peux étoffer cette partie stp ? En quoi ce n'est pas bien que Rooney préfère donner directement au système de santé plutôt que de participer à alléger la masse salariale de son club ?
  13. 1 point
    Je trouve cet argument de l'urgence sanitaire un peu étrange. En médecine, l'enjeu d'un traitement est toujours important. Quand on test une nouvelle molécule contre le cancer qui fait 150 000 mort par an en France c'est aussi un enjeu sanitaire énorme. Pourtant on fait des études corrects, selon des règles précises. Je vois pas pourquoi le coronavirus serait une urgence sanitaire si différente des autres, justifiant de bafouer les règles. On fait des études contre placebo chez les enfants atteints de cancer avec des taux de mortalité à 80%, mais tout d'un coup le faire pour une maladie avec 1% ça devient immorale? On sait qu'avoir des données fiables sur les traitements c'est hyper important. Il suffit pas de dire la Chloroquine a un effet sur Covid-19 mais il faut être capable de le quantifier pour pouvoir le comparer à d'autre traitement en cours de test, et pour savoir chez qui il est efficace. L'étude de Raoult montre juste (sans contrôle correct) que ça diminue la charge viral chez des patients d'en moyenne 30 ans, qui on donc un risque quasi nul. Un peu léger pour baser des recommandations mondiales. Il dit lui même que c'est sans doute pas efficace dans les cas graves. On va donc vraisemblablement pas traiter des cas désespérés mais plutôt beaucoup de gens possédant individuellement un risque de mortalité assez faibles. Ce qui change beaucoup la donne. Si on traitement tout le monde sans quantifier correctement les résultats on risque de produire des milliers de mort évitables parce qu'on ne n'a pas prescrit le bon traitement, au bon patient au bon moment. Pour traiter efficacement on a besoin de savoir précis, c'est l'essence de la médecine basée sur des preuves. C'est pour ça qu'on a inventé tout ces protocoles expérimentaux, et c'est encore plus vrais pour cette pandémie qui va toucher des millions de personnes, où la moindre imprécision évitable peut vite avoir des conséquences majeures. En situation d' "urgence sanitaire" que la fiabilité de ces données est encore plus importantes. Pareil pour les effets secondaires. Évidemment que la chloroquine est médic plutôt safe et connu. Mais qu'en on parle de donner en prophylaxie à une population entière, ça devient une tout autre question. Si on décide d'en donner à toute la France, 0.1% de problèmes cardiaques graves (chiffre complètement inventé), ça fait 6-7000 morts. Et est-ce qu'on sait comment réagissent les personnes âgées? Et les gens atteint du Sars-cov-2? Bref tout ça est bien plus compliqué que traitement / pas traitement. Après je veux pas non plus trop tomber dans le Raoult bashing que je trouve parfois un peu inutile. C'est sans doute un médecin compétant qui comme d'autres médecins avant lui défend sa paroisse, "sa" molécule. Son étude est de basse qualité, mais sera ni la première ni la dernière, et elle a le mérite de montrer que la Chloroquine pourrait avoir un effet intéressant. C'est assez pour lancer des études sérieuses avec des grosses cohortes, pas pour décider unilatéralement que c'est un remède miracle. On sent qu'il aime bien sa position actuelle et tout le tapage médiatique qui va avec, mais la encore ce n'est pas le premier. Et je trouve pas que ce soit un très bonne idée de le présenter comme un gourou allumé, ça attise encore tout l’emballent médiatique complètement exagéré et qui manque cruellement de bon sens. Des études pas très bien foutues avec y en a des dizaines par jours qui sortent, pas tout le monde publie dans Lancet ou le NEJM. Celle de Raoult est juste une en plus. Le truc c'est que tout cette histoire prend en France des proportions immenses parce que ça résonne avec les oppositions gilets-jaunes/élites, internet/média, province/Paris et qu'il bizarrement devenu le symbole anti-Macron ultime. Assez drôle quand on sait qu'il a pu construite son IHU à 150 millions notamment parce qu'il est en très bon terme avec les élus locaux notamment de LREM. Ce qui est logique pour un dirigeant d'un établissement de cet envergure, mais qui clash un peu avec cette image de "héros" du peuple face à la Macronie.
  14. 1 point
    Fut un temps qui semble aujourd'hui bien éloigné ou il était possible pour certains individus de s'enfermer dans des salles obscures pour voir des œuvres d'art, du genre qui auront un jour leurs places dans les musées du futur, du genre à participer à de grands festivals d'élites, du genre à soulever des questions absolument existentielles pour notre temps, du genre si j'ose dire à totalement bouleverser nos existences. Les trois dernières fois où j'ai pu me rendre dans un cinéma ( fin février - début mars soit une époque ou absolument personne ici à Bruxelles ne soupçonnait la gravité des choses qui allaient arriver) j'ai eu l'occasion de voir trois films moyen-mauvais dans le cinéma où j'ai l'habitude de me rendre avec ma bien aimée solitude, qui s'adapte tant bien que mal à mon caractère cruel et asocial (heureusement qu'elle n'a pas de libre arbitre) Les dits films en questions vont probablement faire un énorme bide, mêmes si ils seront très rapidement disponibles sur divers plateformes de streaming, probablement qu'ils mettront en pétrin les carrières des réalisateurs/producteurs impliqués (sauf pour le Kore-Eda , faut pas déconner, même si il bide sec on parle d'un réalisateur de renom qui a gagné une palme d'or et qui peu-importe le film qu'il fera sera quoi qu'il arrive sélectionné à Venise ou à Cannes...si tant est qu'il ai encore des festivals à l'avenir) FILM 1 : P O M P E I Premier film que je voyais en avant première de mon existence : en présence des réalisatrice.teurs (c'est bien comme ça l'écriture inclusive?) Anna Falgueres (dont c'est le premier film) et John Shank réalisateur americano-belge de l'hiver dernier (qui l'a vu ? absolument personne) et dont Pompei est la deuxième oeuvre. A noter aussi que l'actrice principale, Garance Marillier célèbre pour son rôle dans le film sensation et "choc" Grave de Julia Ducournau était également présente à l'avant première. J'ai découvert la bande annonce de ce Pompei en janvier dernier, alors que je me préparais à voir le Traitre de Marco Bellocchio ( probablement le meilleur film de mafia depuis ...Les Affranchis?) Et autant vous dire qu'il avait tout pour me plaire ! "Dans un monde post-apocalyptique désertique et dépeuplé où le concept d'amour est totalement anachronique et porté disparu, deux jeunes adultes vont le redécouvrir, au grand dam des autres, des "grands", hostiles à cette hérésie d'un autre age " Ce pitch halluciné avait de quoi faire frémir le hipster pédant pseudo artiste tourmenté que je suis, je me voyais déjà bouleversé à la fin de la séance, convaincu que j'allais assister à une oeuvre dont la pureté me renverrait directement à mes premiers souvenirs d'amoureux transit. Je me voyais déjà faire la fête à la sortie de la séance, je me voyais déjà commandé le Blu-Ray, sans même l'avoir vu je l'avais classé dans mon "top 10" de l'année...mon intuition ne pouvais pas me mentir, rien ne pouvait m'arriver : j'allais connaitre un moment de pure grâce. (Moi et ma solitude après l'avant première de "Pompei" : extrait de mon imagination post séance) Bon tu n'es pas un idiot : tu sais que si j'en fais des tonnes à l'intro c'est pour amorcer mon sentiment de déception qui fut tu t'en doute cher lecteur : immense. Loin de moi l'envie de démonter un petit film d'auteur avec peu de moyen, pourtant sélectionné dans une catégorie parallèle de la prestigieuse Berlinale, mais dans ce cas ci, il le faut. Ce film fut pour moi une purge. - Il n'y a absolument rien d’intéressant au niveau de la mise en scène, on a là un métrage d'une scolarité affligeante qui ressemble à un pauvre exercice de fin d'étude, le genre de devoir du premier de classe qui a compté sur le par cœur toute sa vie et qui de facto ne prend absolument aucun risque. (j'ai beau avoir été recalé deux années de suite à l'IAD, je suis certains que c'est exactement le genre de "truc" qu'on réalise pour cocher des casses dans des grilles de prof). C'est poseur, prétentieux, faussement contemplatif (allé je sauve le plan du couché ou levé de soleil, je sais même plus) et c'est d'un ennui...et pourtant comme je le dis je suis loin d'etre hermétique au cinéma d'auteur et au cinéma contemplatif. -Le jeu d'acteur est minable : bien sur ils ne sont pas aidé par un scénario catastrophique qui fait d'eux des personnages à une dimension dénué de la moindre profondeur. En gros : Des jeunes paumés en Provence, creusent le sol pour trouver des "vestiges" pour rembourser une dette contracté par le père du chef de la bande, ils tiennent aussi une pompe à essence minable et font les durs avec les rares clients qui ont le malheur de passer par là (c'est toujours jouissif de voir des petits bourgeois maigrichons jouer les caïds menaçants) Malheureusement l'un d'eux va tomber sous le charme de la passagère d'un client et avoir le coup de foudre, ce qui va déstabiliser ce microcosme d'insensible qui n'avaient jusque là que l'habitude de voir dans le prisme des relations hommes-femmes des rapports sexuels tarifés ouverts aux enfants (oulala ça coche la case "subversion" du professeur ça. +1) Mais oui ça joue très très mal, ça récite son texte sans jamais y croire et de manière prétentieuse : impossible de voir la moindre détresse ou dangerosité chez ces personnages, c'est juste gênant, personne n'y croit et ça se ressent ... si eux n'y croient pas, comment moi pauvre spectateur je suis censé me plonger dans l'univers dépeint par ce film ? - Unique bon point : un morceau de guitare qui passe 3-4 fois dans le film, qu'on entend dans la bande annonce et qui rappelle une ambiance western, il est efficace mais trop bien pour ce film. Très mauvais film, malgré la présence des réalisateurs et de l'actrice principale le 3/4 de la salle est sorti après la projection et pratiquement personne n'a osé poser des questions sur ce film, hormis l'ambassadeur du ciné qui y voyait un bouleversant film qui transcendait la question du genre...ah bon ? Parce que l'acteur principal masculin (flemme d’écorcher son nom) est imberbe et qu'il y a une scène avec Garance Marillier torse nue ? Mais quelle blague... J'ai gardé la brochure du film qui contient une interview des deux réalisateurs sur le projet (désolé je zappe l'écriture inclusive là ta vu le pavé j'ai la flemme), car j'aime l'humour et la branlette. next ! FILM 2 : J U M B O Une production Belge, luxembourgeoise et française tourné dans la province belge de Liège (Coo). Premier film de la réalisatrice Zoe Wittock qui a réussi un convaincre des producteurs (on se demande bien comment si ce n'est par facilité de classe sociale) de faire un film inspiré d'un fait divers : celui de la femme qui tomba amoureuse et qui épousa la tour Eiffel....devenu de facto Madame Erika Eiffel. (oui tu as raison on ne parle pas assez des "objectophiles" dans notre société pourtant sexuellement libérée) Sauf que adaptation oblige ici ce n'est pas de cette femme américaine dont il est question mais de Noemi Merlant qui joue une sorte de jeune femme introvertie qui travaille dans un parc d'attraction et qui tombe amoureuse de la dernière machine à sensation qu'elle renommera affectueusement "Jumbo". Mais de nombreux obstacles parcourent sont cheminement amoureux et l'expression de ses sentiments sincères pour un objet pas si inanimé que ça : sa mère un peu nympho qui la prend pour une dingue, les jeunes qui squattent le parc et qui se moquent d'elle, son patron un peu beauf qui veut se la taper... Alors si le film n'est pas bien mémorable, il reste mieux joué et mieux mis en scène que l'autre machin prétentieux vu plus haut. On a une scène de "sexe" onirique avec un liquide noir ( aka un fantasme du sperme de la machine pour les deux du fond qui ne savent pas ce qu'est une métaphore) finalement assez bien réalisée et des scènes "lumineuses" StrangerThingesque assez convaincantes niveau photographie, lumières toussa. Après niveau subtilité et traitement des personnages c'est finalement assez limité et premier degré, il y a de l'idée mais finalement très peu d'impact émotionnel... Un film oubliable et finalement pas très percutant , mais on saluera néanmoins l’effort pour un premier long-métrage. FILM 3 La Vérité Kore Eda est probablement le réalisateur japonais le plus influent du moment dans le registre "auteur". On lui doit des films salués tant par la critique que par le public comme "Tel Père, tel fils ", " Après la tempête" ou bien entendu "Une affaire de Famille" lauréat de la palme d'or en 2018. Alors je suis bien loin de connaitre toute la filmographie du réalisateur, je sais que les critiques parlent souvent de Kore Eda comme d'un réalisateur qui switch une fois sur deux entre un film "majeur" et "mineur" et que son obsession d'artiste tourne autour du thème de la famille. Alors après son film "Majeur" donc Une Affaire de Famille" ( que je n'ai toujours pas vu car je tiens à le voir dans des conditions optimales et que le Blu Ray coûte toujours 30 balles à la Fnac et que j'ai d'autres priorités cinéphiliques dans la vie) le japonais revient avec un film "mineur", le premier qu'il tourne en France et dans une langue étrangère à la sienne : La vérité : avec au casting deux poids lourds du cinéma français, Catherine Deneuve et Juliette Binoche Alors en gros c'est une chronique bourgeoise un peu ennuyante qui se focalise sur une relation mère-fille particulièrement toxique qui va finir par s'améliorer grâce au cinéma : en effet le personnage de Deneuve (irréprochable et convaincante dans ce rôle sur mesure de vieille vipère sacrée, égoïste et égocentrique à souhait) joue dans une sorte de nanar de compétition, sorte d'Interstellar fauché et qui, face à une actrice prometteuse et plus humaine qu'elle qui lui rappelle une rivale disparue , va peu à peu retrouver une certaine forme d'humanité voir d'instinct de maternité. Bizarrement le film dans le film m'a plus tenu en haleine que la trame principal, le film que le personnage de Deneuve prépare parait tellement con, niais et cheap qu'on en vient à rêver à la fin de voir ce projet réalisé avec ce même casting (voir même avec Kore Eda himself derrière la caméra). Je ne veux pas manquer de respect au maître japonais mais je me sentais vieux devant ce film, j'avais l'impression d’être un de ces anciens profs de philo ou de français, presque à la retraite...bon ok je pensais peut-être ça car j’étais le mec le plus jeune et le moins diplômé de la salle mais tout de même...dire que j'ai passé un moment vivifiant ou même émotionnellement intéressant serait mentir, j'ai au final développé peu de sentiment pour cette famille bourgeoise. Un film carrément mineur dans sa filmographie, c’était bien de le préciser : je n'ai pas passé un moment désagréable mais je n'en retire pratiquement rien, complètement oubliable, un film vieillot en somme qui risque de trouver un public chez les 60+. On se retrouve un jour (peut-être) pour une prochaine salve de critique les amis ! Faites attention à vous
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue..