Jump to content

Dear Gooners, to support the forum, thanks to disable your ad blocker !

Edixon

Membre
  • Posts

    1060
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

Everything posted by Edixon

  1. Smith-Rowe n'est malheureusement pas dans le groupe. J'espère que c'est rien de grave...
  2. Qui sont les deux zigotos qui ont mis un émoticone WTF sur mon message et celui de Graciak ? J'aimerais lire vos commentaires sur cet aspect tactique.
  3. Oui c'est toujours impressionnant. Ce soir c'était le premier match de Danilo avec Nottingham Forest contre Manchester United. On avait été lié à lui. Certains ont pu regarder ?
  4. Ce n'est pas qu'une question d'être face au jeu ou dos au jeu. Il s'agit ici de prendre l'intérieur pour ne pas que l'ailier droit offensif soit bloqué par le latéral gauche qui défend et que le latéral droit offensif ne soit pas bloqué par le milieu offensif gauche qui défend.
  5. Oui mais je suis d'accord avec @Killiancar aujourd'hui on ne joue pas avec un 10 devant deux joueurs mais avec deux 8 qui se positionnent devant un 6 (et Zinchenko en supplément). Toutes les fois où j'ai vu Smith-Rowe dans ce rôle je n'ai pas été convaincu notamment lorsqu'il a été associé à Odegaard. Cela ne veut pas dire qu'il ne sera pas performant dans ce rôle dans le futur mais aujourd'hui je le préfère en ailier gauche. Comme le dit bien Killian plus haut, Trossard n'est pas venu spécialement pour être le numéro 2 de Martinelli en ailier gauche décalant Smith-Rowe. Non il est venu car il est polyvalent, car il peut nous aider sur tout le front de l'attaque et car on avait besoin de profondeur dans l'effectif qui était court.
  6. D'ailleurs Everton a un nouveau stade en construction. J'avoue qu'Amadou Onana en doublure de Partey ça me tente bien selon le prix. C'est un profil rare et comme je l'ai écrit hier je le trouve très intéressant. Elneny commence vraiment à enchaîner les blessures et il est peut être l'heure de ne pas prolonger son contrat et de le laisser partir. Sans ses blessures j'étais d'avis à activer l'année supplémentaire. Lokonga doit clairement quitter le club cet été (en prêt ou en vente). Dans ce cas on aurait : En 6 : Partey et Onana En 8 Gauche : Xhaka avec une recrue (Idéalement Rice qui peut jouer 6 et 8) ou Patino si on l'intègre mais ça reste peut-être léger ou Smith-Rowe éventuellement même si j'ai des doutes sur ses facultés défensives à ce poste. En 8 droit : Vieira et Odegaard (Et Smith-Rowe).
  7. C'est vraiment bien pensé. C'est tout bête mais d'autres équipes vont certainement s'en inspirer s'ils ne le font pas déjà.
  8. (La dernière blague est géniale !)
  9. Ce n'est pas un mauvais joueur mais je suis bien content qu'il ne s'approche pas trop de l'Emirates. Je n'aimais pas cette rumeur de fond ces derniers jours. Ça serait une bonne idée de la part de Leeds de l'associer à Tyler Adams. Le trio avec Musah fonctionnait bien à la CDM.
  10. Malheureusement sa carrière est très compliquée. J'espère malgré tout que le meilleur est à venir pour lui.
  11. Amadou Onana j'aime bien. Il était impressionnant lors de sa saison à Lille et il confirme sur ses premiers mois à Everton. En revanche, on s'intéresse peut-être à lui 6 mois trop tard car Everton l' acheté 35M€ l'été dernier et que 50M€ ça pourrait bloquer l'arrivée d'un hypothétique Rice ou Caicedo cet été. Et cela même si on peut s'attendre aux départs ou prêts d'Elneny et Lokonga. Le dilemme c'est que je serais vraiment rassuré de signer un 6 avant le 31 janvier tant Elneny et Lokonga sont loin du niveau de Partey. Tout le monde en est loin mais Onana apporterait sûrement plus que nos deux remplaçants.
  12. Bienvenue à lui. Je ne connais pas du tout le joueur et je vous partage le travail de Arsenal FR et de Mise au Vert.
  13. Je n'aurais pas pensé qu'il était un leader vocal à Man City. Comme je l'avais écrit en page 1 lors de sa signature, il avait fini par vraiment vraiment me taper dans l'œil à Man City, je le trouvais énorme ! C'était LE latéral gauche que je voulais absolument. J'étais très heureux qu'on ait pas signé Lisandro Martinez qui a filé à Man City. Son rôle est très important dans notre maîtrise technique. C'est lui qui nous permet d'évoluer en 3241 ou 2341 en étant aussi performant.
  14. L'ÉQUIPE A mercato Ligue 1 Ligue 2 Angleterre Espagne Allemagne Italie Ligue des Champions Ligue Europa Ligue Europa Conférence Coupe du monde Coupe de France les notes Foot féminin National Amateurs autres championnats étrangers Ligue des nations class. FIFA Qualif. Coupe du monde 2022 Euro matches amicaux internationaux Euro Espoirs Jeux Olympiques Coupe du monde (-20) Équipes de France Trophée des champions CAN Copa America Coupe d'Asie des nations Mondial des clubs Supercoupe de l'UEFA Ballon d'Or Ligue des champions d'Afrique Copa Libertadores Coupe de la Ligue Nketiah et Arsenal tournent très bien. (C. Wilson/Offside/Presse Sports) Foot Tactique exclusivité abonnés Décryptage : pourquoi Arsenal continue de briller sans Gabriel Jesus Privé pour plusieurs mois de Gabriel Jesus, pilier de son excellent début de saison, Arsenal a continué d'enchaîner les performances depuis la reprise de la Premier League. Parce que l'attaquant brésilien a été bien suppléé, et que les Gunners ont d'autres atouts. Cédric Chapuismis à jour le 22 janvier 2023 à 08h05 ma liste commenter réagir partager Cette fois, c'est du sérieux. Depuis sa victoire contre Tottenham (2-0) le week-end dernier, Arsenal est officiellement devenu favori pour le titre aux yeux du « Predictor » d'Opta, un outil simulant 10 000 fois les rencontres à venir en prenant en compte une multitude de données statistiques (offensives, défensives, historiques, liées à la forme du moment, à la qualité de l'adversaire, etc) afin d'obtenir un pourcentage de chances de terminer la saison à telle ou telle position. Et les prédictions placent donc désormais les Gunners plus souvent en tête en fin de saison (51,3 %) que Manchester City (47 %). lire aussiPodcast : Moudrik, le frisson à 100 millions d'euros Pas de quoi faire perdre leur extrême prudence aux supporters d'Arsenal, habitués aux déceptions en tout genre ces dernières saisons, et qui imaginaient déjà leurs rêves d'un premier sacre depuis 2004 s'envoler lorsque Gabriel Jesus s'est blessé au genou droit durant la Coupe du monde. Intervention chirurgicale, absence estimée à trois mois, et de sérieux doutes quant à la capacité des hommes de Mikel Arteta à maintenir leur rythme effréné en tête du classement. Car si le Brésilien, avant-centre atypique et cyclique, n'avait plus marqué depuis le 1er octobre (5 buts et 5 passes décisives au total avant sa blessure), il avait joué un rôle majeur dans la réussite de son équipe grâce à sa finesse technique, son jeu en appui, la qualité de ses déplacements et ses aptitudes au pressing. Nketiah au niveau... et un trio qui marche sur l'eau Alors, comment remplacer Jesus ? Arteta a vite tranché, installant son remplaçant naturel, Eddie Nketiah, dans le onze de départ depuis la reprise du Championnat. Avec réussite, puisque ni les résultats (3 victoires, 1 nul) ni la puissance offensive des Gunners n'ont faibli jusque-là. Nketiah a beau présenter un profil différent, plus à l'aise dans la surface qu'aux quatre coins du terrain et moins présent dans la construction des actions, il est régulièrement parvenu à endosser en partie le costume du Brésilien, se montrant utile sans ballon et dos au jeu. Pour ne rien gâcher, il a inscrit deux buts en Premier League et s'est procuré bon nombre d'occasions qui ont confirmé sa disponibilité, ses qualités techniques et sa faculté à se déplacer dans la zone de vérité. Après sa première titularisation face à West Ham le 26 décembre (3-1), son coach avait d'ailleurs salué « la manière dont il a intégré le pressing, son intensité, la façon dont il a contre-attaqué dans certains espaces, son calme, sa patience... et cet enchaînement de grande qualité qui nous a offert la victoire. » (Canal+) Nketiah n'affiche pas uniquement des qualités dans la surface adverse. Ici, alors que Newcastle tente de presser haut, il décroche très bas et est trouvé par son gardien Ramsdale (hors-champ). Arsenal a cassé le premier rideau adverse et peut développer son attaque. (Canal+) Même principe lors du dernier match face à Tottenham : Nketiah (dans la loupe) revient prêter main-forte à sa défense et devance Sarr pour remettre ce ballon vers Gabriel, face au jeu. (Canal+) Dans la continuité, c'est Nketiah qui se retrouvera à la conclusion de l'action, bien servi par Xhaka. Au bout de l'effort, il manquera son duel face à Lloris. (Canal+) Également performant sans ballon, Nketiah fait ici du Jesus en allant agresser les relanceurs adverses pour se procurer une occasion. Il tacle ce ballon vers Saka, qui peut déborder et retrouver son avant-centre sur un centre en retrait. Martin Ödegaard, Bukayo Saka et Gabriel Martinelli, eux, ne sont pas blessés, et malgré les qualités affichées par Nketiah, il leur fallait aussi compenser à leur façon l'absence de leur n°9. Alors le meneur norvégien s'est montré encore plus insaisissable et décisif entre les lignes, et ses deux ailiers ont apporté des solutions nouvelles, en plus de leurs dribbles et de leurs facilités dans des espaces réduits. lire aussiLe classement de la Premier League Le quatrième but inscrit à Brighton (4-2, le 31 décembre), puis l'ouverture du score contre Tottenham le week-end dernier (2-0) l'illustrent : en plus d'étirer la défense adverse sur la largeur, Martinelli et Saka savent lui faire mal dans la profondeur. Une arme supplémentaire pour une équipe londonienne qui se veut flexible. Pour conclure, elle est tout de même sacrément dépendante de son quatuor offensif, qui a marqué tous les buts des Gunners (9) depuis la reprise (2 chacun, plus le c.s.c. de Lloris provoqué par Saka). (Canal+) Dans l'animation offensive d'Arsenal, Martinelli et Saka doivent rester écartés pour étirer la défense adverse, créer des brèches pour leurs partenaires et être servis en situation de un contre un. Mais ils peuvent aussi faire mal de manière plus directe, comme sur ce bijou d'Ödegaard vers Martinelli, auteur du quatrième but à Brighton. (Canal+) Schéma identique, côté droit cette fois, sur le premier but contre Tottenham dimanche dernier : Partey exploite l'appel en profondeur de Saka, qui va progresser jusqu'à la surface et bénéficier d'une erreur de Lloris pour ouvrir le score. Le système plus fort que les individus ? Si la production offensive d'Arsenal n'a pas vraiment souffert depuis la reprise, c'est aussi (surtout ?) car la formation londonienne peut désormais s'appuyer sur des repères collectifs bien ancrés. Après trois ans à la tête de cette équipe, Mikel Arteta a imprimé dans l'esprit de ses joueurs des principes immuables, à commencer par une structure en possession contraignante pour l'adversaire, mais aussi un contre-pressing parmi les plus redoutables du Royaume. lire aussiTen Hag : « Arsenal mérite d'être en tête » Deux éléments déterminants pour conserver le contrôle d'une rencontre, y compris quand les Gunners abandonnent (une partie de) la possession du ballon, comme ce fut le cas à Brighton ou Tottenham récemment. Plus que Gabriel Jesus, c'est l'autre recrue phare de l'été dernier, Oleksandr Zintchenko, qui joue ici un rôle déterminant, déclenchant une sorte d'effet papillon en quittant sa position de latéral gauche pour occuper l'entrejeu lorsque son équipe a le ballon. Arsenal s'organise alors en 3-2-5 (ou 2-3-5, selon la position du latéral droit Ben White), permettant à Granit Xhaka de se projeter à sa guise et à Martin Ödegaard de bénéficier d'une grande liberté entre les lignes. La position intérieure de Zintchenko permet également à son équipe de rester structurée et équilibrée à la perte, favorisant un contre-pressing efficace. (Canal+) Lorsque les Gunners mettent leur jeu en place, Zintchenko vient soutenir Partey au milieu pendant que Xhaka se projette vers la ligne d'attaque. Le Suisse sera ici trouvé par Partey avant de décaler Martinelli en position favorable... Dans la continuité de cette action, Arsenal se procure une double occasion, et maintient la pression en plaçant 7 joueurs dans ou à la limite de la surface ! (Canal+) La position intérieure de Zintchenko, associée à sa qualité de passes, permet régulièrement à Xhaka (ou Ödegaard) d'être trouvé en relais entre les lignes. Ce qui occasionne, comme ici sur le côté droit, des situations de supériorité numérique pour Arsenal. L'autre arme collective des Gunners est le contre-pressing : sur la vidéo ci-dessus, à Brighton, ils avaient ouvert le score en récupérant un ballon très haut suite à une percée d'Ödegaard. Zintchenko, positionné à l'intérieur du jeu au début de l'action, avait pu aider Partey à intercepter à 25 mètres du but adverse, avant de servir Martinelli côté gauche. À Arsenal, Mikel Arteta a bel et bien construit un édifice solide, capable de résister à la perte (temporaire) d'un pilier. Il faudra sans doute éviter d'autres coups durs, l'effectif manquant de profondeur malgré l'arrivée récente de l'ailier belge Leandro Trossard, et celle à venir du défenseur polonais Jakub Kiwior. Mais même les plus prudents fans des Gunners ne peuvent plus le nier : avec ou sans Gabriel Jesus, leur équipe est à sa place au sommet du classement. lire aussiToutes nos analyses tactiques publié le 22 janvier 2023 à 08h05mis à jour le 22 janvier 2023 à 08h05 Arsenal (ANG) Manchester United (ANG) À lire aussi Le triangle d'or d'Arsenal qui a manipulé United Arsenal, quel coup de canon ! Le nouveau plan secret Une révolution en moins d'une semaine 63 commentaires 0 commenter réagir à l'article Les commentaires sont soumis à des rêgles de modération. lire la charte cigognus La force d'une équipe est de pouvoir changer un ses joueurs sans que ça impact son groupe et sa façon de jouer. + facile à dire qu'à faire , mais quand ça prend , l'équipe passera une bonne saison et aura de belles opportunités de jouer un titre ( championnat, coupes, etc.. ) 107 réagir signaler 2j voir les 5 réponses afficher 62 autres commentaires liens rapides © L’Équipe 24/24 - 2023revenir en haut
  15. Thread très intéressant sur cette fameuse comparaison avec le basketball !
  16. J'allais le partager. Si on peut l'avoir à partir du mois de mars ça sera un joli coup de boost pour notre équipe ! Le calendrier du mois de février est abordable sur le papier.
  17. Je suis également heureux de son arrivée à court terme car l'effectif est juste pour cette deuxième partie de saison dans laquelle on vise le titre en PL et une victoire en EL. Il est très bon et décisif depuis une saison et demi à Brighton. Il devrait nous aider. J'avais écrit à son sujet dès dimanche en disant que c'était la meilleure possibilité cet hiver. 28 ans récemment, prix entre 25 et 30M€, mature dans son jeu, ambidextre et polyvalent, expérience en PL, performant cette saison et pouvant avoir un impact immédiat. En revanche la durée du contrat m'interroge. S'il s'agit d'un contrat de 3.5+1 an comme le dit Fabrizo Romano c'est bien. S'il s'agit d'un contrat de 4.5+1 comme le confirme une autre source je suis un peu plus dubitatif. J'espère que ça sera un bon squad player. On a besoin d'un banc et de profondeur. Hâte de le voir à l'œuvre.
  18. Gabriel Paulista c'était bien 15M€. T'as peut être en tête le prix de Mustafi.
  19. En tout cas de ce que j'ai vu et lu il a l'air très fort. Ça serait une très belle doublure à Ben White.
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue..